Idir : Légende de la Chanson Kabyle

—–

Idir, de son vrai nom Hamid Cheriet, incarne la voix enchanteresse de la Kabylie, née le 25 octobre 1949 à Ath Yenni, Algérie, et s’éteinte le 2 mai 2020 à Paris.
Chanteur, auteur-compositeur-interprète et musicien, il laisse un héritage musical profondément ancré dans la culture berbère.
Issu d’une famille de bergers dans le village d’Aït Lahcène, sur les monts du Djurdjura, Idir baigne dans une tradition orale riche, héritage de sa grand-mère et de sa mère poétesses.
Idir, d’abord destiné à une carrière dans l’industrie pétrolière, bascule vers la musique en 1973 lorsqu’il remplace au pied levé une chanteuse malade à Radio Alger.
Ses premiers titres, notamment « A Vava Inouva », deviennent des tubes planétaires dans les années 1970, propulsant l’Algérie sur la scène musicale mondiale.
Sa carrière, marquée par une éclipse volontaire à partir de 1981, compte onze albums studio et contribue au renouveau de la chanson berbère, offrant à la culture berbère une audience internationale.
Idir, l’artiste aux mélodies envoûtantes, transcende les frontières de la musique kabyle, laissant derrière lui un héritage immortel.
Sa carrière fulgurante débute par hasard à la radio, marquant l’avènement de tubes mondiaux comme « A Vava Inouva »,
affirmant ainsi l’identité berbère et le retour aux racines profondément ancrées dans l’histoire de l’Algérie.
Sa vie artistique, ponctuée de succès et de pauses volontaires, connaît une renaissance en 1992 avec la sortie d’une compilation de ses premiers albums.
Idir devient le précurseur de la world music, récoltant éloges et reconnaissance. Tout au long de sa carrière, il défend la diversité culturelle,
participant à des concerts pour la paix et la tolérance, fusionnant les sonorités kabyles et le raï oranais.
Son engagement va au-delà de la musique, s’illustrant dans des initiatives comme le concert hommage à Lounès Matoub et le soutien à la révolte du peuple kabyle en 2001.
Idir, discret et profondément attaché à ses valeurs, réapparaît avec l’album « Identités » en 1999, réunissant des artistes de renom autour de thèmes tels que l’amour, la liberté, et l’exil.
En 2007, en pleine campagne présidentielle française, Idir signe « La France des couleurs », un album républicain défendant l’identité multiculturelle.
Son influence perdure à travers des concerts, des rééditions d’albums, et un CD live en 2005, « Entre scènes et terres », dévoilant ses trente ans de carrière.
Idir, l’icône kabyle, restera gravé dans les cœurs, un pont entre les cultures, laissant derrière lui une musique intemporelle, empreinte de sagesse et d’émotion.