Miss Amazigh berbère : célébrer la beauté et l’unification de la culture berbère


Miss Amazigh berbère : célébrer la beauté et l’unification de la culture berbère
Édition de Miss Amazigh de France, en banlieue parisienne. Vingt jeunes femmes ont été retenues pour participer et défiler à ce concours.
C’est au rythme de la musique amazigh que les vingt candidates ont défilé devant un jury composé de sept membres, dont la comédienne Lamia Mahyout.
L’heureuse élue est une Algérienne de 27 ans : Ouerdia Liza Kheloul. Elle a été couronnée sous les youyous : « Je ne m’attendais pas à être gagnante même si on vise toujours la première place. Mais j’étais très surprise et très, très contente, ma famille était contente, et tout mon village en Algérie me soutenait. Ils étaient super-contents. Donc je suis fière. Et je félicite aussi toutes les autres candidates, celles qui ont gagné et celles qui ont perdu. Pour moi, elles étaient toutes au top, toutes belles, elles méritaient toutes la première place. »
L’élue est technicienne dans la procréation médicalement assistée : elle aide les couples infertiles à avoir des enfants. Elle appréhende sa nouvelle mission. « Je vais essayer de m’organiser par rapport à mon travail. Aussi parce que je dois m’absenter de temps en temps. Ce ne sera pas du tout facile, mais bon, il faut déjà que je me remette de mes émotions, en plus, je porte la couronne pendant un an et je dois assumer mon rôle d’ambassadrice amazigh de France. »
Le jury l’a choisi pour sa « culture générale, son assiduité, sa connaissance de la langue amazigh en plus du français et sa pratique de la danse traditionnelle ».
L’objectif de ce concours de beauté est surtout de fédérer autour de la culture amazigh.
Nous nous attendions à retrouver les valeurs de la culture berbère : hospitalité, bienveillance et chaleur humaine. Énorme déception : une ambiance lamentable, une absence de respect pour les candidates, pour les petits médias dont nous faisions partie et surtout pour notre communauté. Par contre, petits plats dans les grands pour les vip, equipe municipale, artistes et compagnie. Fédérer autour de la culture amazigh ?

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *