Slimane Azem, véritable légende de la musique kabyle


.

Slimane Azem, véritable légende de la musique kabyle, incarne l’âme et la résilience d’un peuple à travers son parcours marqué par l’exil et la lutte.
Né en 1918 à Agouni Gueghrane, en Kabylie, il a traversé les épreuves de la colonisation et de la guerre pour devenir un symbole de la résistance et de la culture berbère.
Dès son jeune âge, Azem est confronté à l’injustice de l’occupation française, travaillant comme ouvrier agricole puis immigré en France métropolitaine.
Malgré les difficultés, sa passion pour la musique ne faiblit pas, et il trouve dans l’expression artistique un moyen de témoigner de la souffrance et de l’espoir de son peuple.
À travers ses chansons, Azem dénonce avec courage les injustices et les oppressions subies par les Kabyles, notamment avec des titres emblématiques comme « Effegh ay ajrad tamurt iw » (Criquets, quittez mon pays) qui fustige la colonisation.
Son engagement politique et sa poésie engagée lui valent d’être censuré tant par les autorités coloniales que par le gouvernement algérien après l’indépendance.
Pourtant, malgré la censure, Slimane Azem continue de porter haut la voix de son peuple, devenant une figure emblématique de la diaspora kabyle en France.
Son talent indéniable lui vaut une reconnaissance internationale, symbolisée par l’obtention d’un disque d’or en 1970.
Au-delà de sa notoriété, Azem reste avant tout un poète de l’exil, de la révolte et de l’insoumission.
Sa musique résonne comme un hymne à la liberté et à l’identité kabyle, rappelant à chacun l’importance de préserver ses racines et de défendre ses valeurs.
Aujourd’hui encore, l’héritage de Slimane Azem perdure, inspirant de nombreux artistes et militants pour la justice sociale et culturelle.
Sa voix résonne comme un appel à la résistance et à la fierté, rappelant à tous la force de la musique pour éveiller les consciences et nourrir les âmes.